Critique

EVA LANXMEER… ET APRÈS?

Nombreuses sont les retombées positives du quartier d’EVA-Lanxmeer. De la réflexion à l’utilisation en passant par la conception et la construction, EVA-Lanxmeer ne cesse d’être encensé comme quartier durable modèle. Il est toutefois à noter, que l’implantation durable dont a fait l’objet le quartier d’EVA-Lanxmeer n’est pas un type de design à adopter et répéter, mais plutôt un guide de principes durables.

Il est également intéressant de mettre en lumière certains aspects controversés du projet EVA-Lanxmeer, tels que :
1)Le quartier est replié sur lui-même. Le contact avec le reste de la ville de Culemborg a effectivement été difficile selon la fondatrice d’EVA, Marleen Kaptein, mais le quartier attire peu à peu la curiosité des habitants de Culemborg. Les échanges entre le quartier EVA-Lanxmeer et les autres quartiers de la municipalité ne sont donc pas réciproques, car peu de gens de la ville viennent se rendre à Lanxmeer.

2)La densité semble faible pour un éco-quartier, mais elle respecte le souhait des habitants hollandais du quartier. De manière générale, les bâtiments de plus de quatre étages sont très peu commun aux Pays-Bas.

3)La présence d’entreprises est faible, ce qui remet en partie en question le principe de mixité. Dans le quartier d’EVA-Lanxmeer, on retrouve plusieurs professions indépendantes réalisées à partir du domicile, la ferme urbaine et le centre éducatif EVA. La fondatrice d’EVA semble jeter le blâme sur la municipalité, qui n’a pas voulu faire de publicité pour les espaces bureau. Certains  de ces espaces ont depuis lors été convertis en habitations,a fin de répondre à un besoin plsu senti de la population du quartier.

4)La dernière phase de construction ne s’intègre pas aux principes de construction et de mieux-vivre ensemble du quartier. La municipalité de Culemborg désirait vendre les ultimes parcelles de terrain et a permis l’octroi de permis à des promoteurs immobiliers, tout en étant moins exigeante. Il en a résulté l’autorisation de garer un véhicule devant la maison, à la condition que les propriétaires travaillent à domicile.  Cette question divise les pionniers et les nouveaux résidents du quartier et tend à créer des discution houleuses lors de réunions de voisins. De plus, tous les espaces privés de ces nouvelles constructions sont clôturés.

5)La présence d’adolescents circulant à scooters dans les zones piétonnes et l’impossibilité de limiter leur circulation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s