Pilliers du projet

Il s’avère que trois grands axes majeurs sont à l’origine du programme initial de cet éco-quartier néerlandais. En premier lieu, l’élaboration d’un développement immobilier résidentiel, dont l’objectif minimal étant de 250 unités, avait une place primordiale. Cette avenue proposait une diversification des logements, soit maisons individuelles, appartements, studios et ce, en y intégrant des espaces de bureaux. En outre, il préconisait le concept «vivre et travailler à la maison».

Par la suite, la programmation propose une ferme urbaine écologique qui était inspirée de la permaculture, définie comme une «conception consciente de paysages qui miment les modèles et les relations observés dans la nature, visant à obtenir une production abondante de nourriture, de fibres textiles et d’énergie pour satisfaire les besoins locaux.» (Holmgren, 2002)


Ce lieu avait pour but d’assurer une autonomie alimentaire par la production quotidienne tout en jouant un rôle éducatif, social et récréatif.Le troisième pilier demeure l’intégration de la notion d’écologie au sein de la société par la création du Centre EVA, complexe multifonctionnel où l’expérience est la devise. Ce laboratoire humain offrirait plusieurs programmes et diverses activités qui pourraient coexister dans le but de faire interagir tout groupe de la société.

VALEUR TRANSMISE : LE MIEUX_VIVRE ENSEMBLE

Le quartier d’EVA-Lanxmeer est non seulement durable au point de vue de l’intégration des matériaux, mais aussi en terme de mobilité et de liens sociaux entre les individus et leur territoire. Il s’agit de vivre en cohérence avec les exigences du futur. Pour atteindre ce mieux-vivre ensemble, cela implique un sensibilisation aux changements de comportements des habitants afin d’adapter les modes de vie aux milieux naturels. Cela reflète le concept de départ du projet, soit d’établir une harmonie avec le paysage existant. Le tout, basé sur le respect des équilibres écologiques.

Vivre autrement se retrouve également dans la qualité de vie, la proximité et la convivialité entre les habitants. Il y a un soin apporté à la conception des paysages afin de tenir compte des besoins de chacun, tout en avançant une nouvelle façon de se côtoyer. Dans la phase initiale, l’interdiction de clôturer son terrain était une prémisse pour habiter le quartier EVA-Lanxmeer.
Les barrières physiques sont réfractaires et ne sont donc pas permises. Les écrans végétaux sont privilégiés pour distinguer les divers types d’espaces (privé, semi-privé, publique). Les habitants du quartier ont participé à la conception et création de lieux de rencontre afin de favoriser au maximum les conditions nécessaires aux initiatives citoyennes.

La sensibilisation aux changements d’habitudes concerne la consommation d’énergie, la consommation de certains produits et les déplacements. Les habitants souhaitaient bâtir un environnement qui favorise le développement le plus sain possible, car cela joue un rôle fondamental dans l’éducation et le développement des enfants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s